Pourquoi suis-je (encore) malade !?

Certains diront que c’est la faute de la météo, du retour de la fameuse grippe saisonnière ou encore de la gastro qui survient après les fêtes de fin d’année, par exemple. Tandis que d’autres diront qu’ils sont fragiles et qu’ils sont sujets à des angines à répétition, à de la constipation, à des migraines depuis toujours…

Bienvenue dans notre société où l'irresponsabilité est cultivée de manière irraisonnée.

Allez... voyons un autre point de vue !

 

Imaginons que nous avons hérité d’un magnifique terrain à cultiver mais qu’il est rempli de mauvaises herbes qui obstruent le passage de l’eau, de cailloux... La première chose à faire est de le nettoyer, de le ratisser, de le défraichir, d’en prendre soin pour le rendre viable et productif.

Ce magnifique terrain à cultiver, c’est notre organisme.

 

De la même manière que nous avons défraîchi le terrain hérité, nous devons nettoyer notre organisme des déchets accumulés par la malle bouffe, le stress, la sédentarité, la pollution, le travail obligatoire, l’ennui, les ressentiments, l’absence de contact à la Nature... Il faut, bien entendu, évacuer tous ces déchets. Les déchets non évacués s'entassent et nous encrassent, nous fragilisent et la maladie apparait...
Toute maladie (du simple rhume au cancer) voit son origine dans un corps encrassé. Cet organisme n’a plus assez de ressource pour lutter ! La force Vitale s’en voit diminuée car elle ne peut plus jouer son rôle ! Pour garder un bon équilibre, il existe dans l’organisme des « éboueurs spécifiques » appelées émonctoires : le foie, les intestins, les reins, les poumons, la peau. Leur rôle est de récupérer les déchets stockés et de les éliminer.

Il est donc essentiel de stimuler régulièrement les émonctoires pour respecter notre organisme, notre véhicule, notre temple… L’utilisation de draineur spécifique est souvent recommandée pour faciliter le travail des émonctoires. En parallèle, il est nécessaire d’adopter de nouvelles habitudes de vie selon les quatre hygiènes fondamentales (alimentaire, élimination, détente nerveuse, pratique sportive) pour faire circuler la force vitale en soi. Ce présent qui nous est offert lors de notre venue au monde.

Amis "jardiniers de la vie", que la force Vitale soit avec vous !

 

Véronique Lacauste


Un autre point de vue sur la maladie

Que se passe-t-il lorsque nous sommes malades ?

- d'un point de vue physique et corporel il y a un ou des dysfonctionnements dans notre corps, des douleurs, des blocages...

- d'un point de vue, plus global, nous sommes malades car il y a un ou des conflits. Ces conflits se forment entre soi, son rythme quotidien, ses "obligations"... et ses vraies aspirations, ses buts profonds, ses qualités de coeur ! Ni plus ni moins. C'est simple. Le courage est de voir cela en face, de reconnaître que c'est la cause profonde de sa/ses maladie(s).

 

Un malade est un individu en lutte contre la vitalité (contre la santé) !

Il lutte contre une force qui nous est naturellement offerte dès que nous venons au monde. Cette force vitale circule -normalement- avec fluidité en soi et dans la Nature. Cette dernière en est un modèle parfait. Elle grandit, s'offre, meurt et renaît... Elle génère des fruits et des légumes pour nous nourrir, de l'air pour respirer, de l'eau pour la soif... Le tout au rythme du cycle des saisons.

 

Hors, pour que cette vitalité circule pleinement, il lui faudrait (juste !!) se défaire de certaines habitudes néfastes, de croyances, de conditionnements, d'habitudes alimentaires, de comportements... Notamment en ne succombant pas aux forces consuméristes.

Un malade aspire (inconsciemment) à retrouver le goût de la liberté (l'autonomie).

 

Marc Le Vacon


5 gestes pour chasser le stress...

Saviez-vous que le stress est employé à la place du terme : "Syndrome Général d’Adaptation" (S.G.A.) ?
Hans Selye, (1907-1982) médecin hongrois endocrinologue et chercheur, a découvert que l’organisme est capable de s’adapter à tous les changements extérieurs brutaux qui viendraient altérer son équilibre naturel. En revanche la notion de "stress" est plutôt significateur d'une difficulté, d'un refus, d'une limite... qui empêchent de s'adapter convenablement à l'événement, à la pression...

 

Voici 5 gestes à faire pour vous mieux maîtrisez votre stress et vous encourager à vous adapter :

1- RESPIRER
Inspirer en gonflant le ventre sur 4 temps
Garder les poumons pleins sur 4 temps
Expirer par la bouche lentement sur 4 temps
Garder les poumons vides sur 4 temps
Recommencer la série 3 à 5 fois

2/ BOIRE

Boire un grand verre d'eau. Ayez toujours avec vous une petite bouteille d’eau à cet effet !

3/ BOUGER
Imaginez que vous êtes un bucheron et que vous coupez du bois...
Position de départ : debout jambes légèrement fléchies et écartées (largeur du bassin), bras levés au dessus de votre tête, mains jointes, vous inspirez
Mouvement : expirer par la bouche en fléchissant le buste en avant et en abaissant devant vous « votre hache imaginaire »
Position de fin : jambes fléchis, tête en bas dos rond (tout le buste est relâché)
Recommencer 3 fois

4/ HUMER
Ayez toujours avec vous votre huile essentielle préférée, en cas de stress !
- si vous avez besoin de vous calmer, préférez la Lavande vrai, le Petit grain bigarade, l’Orange douce...
- si vous avez besoin de vous stimuler, préférez l’Epinette noire, la Menthe poivrée, le Citron...
Fermez les yeux et inspirer profondément votre huile essentielle, gardez les poumons pleins puis expirer lentement par le nez.

5/ ECOUTER
Sélectionnez une à trois musiques que vous écoutez en cas de stress. Le choix de la musique est essentiel et personnel.
Elle doit soit vous calmer ou soit vous stimuler pour faire face à la situation de stress.
Le volume doit être suffisamment fort pour vous imprégniez du son, n'hésitez pas à monter temporairement le volume... !

 

Véronique Lacauste - Naturopathe-Vitaliste